Chargement.
Merci de patienter.

menu

07 68 23 76 74

info@jazzcampus.fr

Mardi 18 Août

Mardi 18 août – 21h

 _______________________________________________________

Donkey Monkey et François Raulin Trio

Fleurminisite21h // Cluny
Théâtre des Arts – cinéma
10€ / 15 €

 _______________________________________________________

1ère partie :
Donkey Monkey

Eve Risser, piano, piano préparé, voix, jouets
Yuko Oshima, batterie, batterie, samplers, objets sonores

DONKEY MONKEYEuphorie garantie pour le public. Ce duo explosif dessine une moustache à l’encre sur le visage des musiques créatives.
Le Donkey Monkey, animal à huit tentacules et deux voix s’exprime à travers d’intenses compositions timbrales, rythmiques ou encore vocales dont l’écriture laisse une grande ouverture à l’improvisation. Oscillant entre composition d’ensemble, humour enjoué et impro débridée, chaque morceau est une renaissance. Le Donkey Monkey, surréaliste, passe la musique contemporaine à la moulinette, version boogie-woogie.
On pense à Érik Satie, aux Vacances de M. Hulot, à tout sauf à des normes établies. Énorme, irrésistible et hilarant.

« Un truc inclassable, hyper pêchu, qui mêle rock, jazz, pop, free, contempo et qui emballe le public chaque fois que les deux filles délicieusement rigolotes jouent quelque part » Jean-Jacques Biré, Drame.org.

A écouter : Ouature – Umlaut records // Hanakana – Umlaut records

logo_jazzmigration-150x95

Concert Jazz Migration 2014 de l’Afijma/AJC

_______________________________________________________

2nde partie :
François Raulin Trio
“Restez, je m’en vais”
L’exil intérieur de Ishi, « dernier indien sauvage ».

 

François Raulin, piano, mbira, compositions
François Corneloup, saxophone
Ramon Lopez, batterie
avec la voix de Anne Alvaro

Ishi_portrait-1François Raulin s’inspire de Ishi, comme figure symbolique de tout le génocide amérindien pour composer une suite musicale pour trois musiciens, où l’écriture est conçue comme proposition, impulsion, ouverture vers des modes de jeux improvisés très variés. L’image projetée, qu’elle soit mentale ou réelle, sera toujours présente comme fil d’Ariane pour cette présence/absence de Ishi dans sa lutte pour la vie, l’invisibilité à ce monde qui asservit son peuple devenant de plus en plus cruciale. Le portrait d’Ishi sera renforcé par les moments de textes lus par
Anne Alvaro, adaptés du livre de Théodora Kroeber et diffusés en direct.
La musique s’inspire de rituels quotidiens, et du combat pour rester caché : chasse, feu, veille, prières, imaginés en forme d’hommage à la “vie sauvage” et à la pensée Amérindienne, en rapport avec l’histoire de Ishi et du peuple Yahi.

Co-production : CIMN-Détours de Babel, en partenariat avec Jazzdor / le Conservatoire de Grenoble / La Forge- CIR / Festival de jazz de Voiron

Présentation de la création par François Raulin (Festival Détours de Babel)