Chargement.
Merci de patienter.

menu

07 68 23 76 74

info@jazzcampus.fr

Samedi 25 août

Samedi 25 août

Journée festive en clôture du festival !

  • De 11h30 à 17h, à Matour, dans les rues & le parc de la Maison du patrimoine :

11h30 – Parade de l’atelier fanfare  + restitution de l’atelier jeune public
12h30 – 17h Concert des ateliers des stagiaires
> concerts gratuits, restauration possible sur place de 12h30 à 14h (10€)

  • A 21h à Cluny, dans le Parc abbatial en plein air : !!! PENSEZ A AMENER UNE PETITE LAINE….

14 / 18 euros

1ère partie : LA BÊTE À BON DOS

Cet orchestre  de plein air dont le recrutement ratisse large dans le champ des joyeux « partageux » de musique et de joie de vivre (Bourgogne, Franche-Comté, Rhône-Alpes) est une référence aujourd’hui nationale de la musique de rue. Exécutant les partitions malicieuses d’Alain Rellay en des déambulations jubilatoires, la « Bête », qui a plus d’un tour dans son diabolique et tendre sac, embarque son public vers des contrées inexplorées – et pourtant si proches.  Une joyeuse bande de musiciens/activistes qui savent ce que partager veut dire.
www.arfi.org/labete

2ème partie : LES ÉTRANGERS FAMILIERS – un salut à Georges Brassens
La Campagnie des Musiques à Ouïr

© Jérôme Tisserand

Eric Lareine, chant
Loïc Lantoine, chant
Denis Charolles, percutterie, trombone, guitare graviers, clairon, chant
Alexandre Authelain, saxophone ténor, clarinettes, synthétiseur
Jean-Brice Godet, clarinette, clarinette basse, baryton,synthétiseur
François Pierron, contrebasse
Claude Delrieu, accordéon, chant

A priori, ce n’était pas gagné : Georges Brassens, aujourd’hui intégré au patrimoine de la poésie nationale avait, de son vivant , eu les « honneurs » d’une interprétation jazz de certaines de ses chansons, dans des versions qu’on peut qualifier d’assez « pépères ». Denis Charolles, initiateur de cette création, s’est donc attaqué à une sorte de monument. Il l’a fait avec un tact et un instinct assez incroyables. S’appuyant sur les interventions aussi fidèles dans l’esprit que décalées dans la forme de chanteurs s’inscrivant dans une contre – culture très suivie (Loïc Lantoine, Eric Lareine) , comme sur une équipe de musiciens capables de s’inscrire dans cette très forte donnée culturelle, il a donné naissance à cette étonnante performance.
C’est autant fidèle au verbe et aux mélodies du poète que riche d’inventions qui en illuminent la portée.  Le bon Georges, entendant cela (produit par la Scène Nationale de Sète, tout de même), en sortirait tout  regaillardi.
Un très beau moment de partage à consommer sans modération.

Coproduction : Les Musiques à Ouïr / Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau

Les Musiques à Ouïr – Ensemble musical conventionné par le Ministère de la culture et de la communication, la DRAC Haute Normandie et la Région Haute Normandie.
Avec le soutien du Label Ouïe, du Trianon transatlantique (76) et du Lavoir Moderne Parisien (75)

www.musicaouir.fr